Envie de réagir ? Laisser nous votre témoignage.

Soyez poli, utilisez M. pour nos hommes politiques.
Les messages anonymes seront supprimés.

 

Merci de cette excellente vidéo. Excellente pour deux raisons : d'abord elle m'a bien fait rire, ce qui est l'essentiel. Secondement parce qu'elle révèle l'argument de fond du problème : "on veut pas aller au Locle". Le gros des arguments rationnels présentés ne sont là que pour le masquer.
Ralph Ballmer 05.03.2010
Hé, ben moi, j'ai passé toute mon enfance et adolescence au Locle, et souhaite a tout le monde de passer de si belles années !!!!
Nicolas Huguenin 02.03.2010
Géniale votre vidéo, j'attends avec impatience la deuxième! J'ai vécu deux ans au Locle et c'est un des pires souvenirs de ma vie, bon courage les gars, je pense à vous et je prierai le bon dieu pour qu'un hypothétique miracle s'opère...
Ken  Hart 02.03.2010
C'est pitoyable!
Je ne vois vraiment pas où cela mène cette sempiternelle gué-guerre HAUT / bas !

C'est stupide et surtout stérile !

Puisque maladroitement la question est posée, il serait temps de réfléchir globalement aux besoins de la formation technique et professionnelle.

Tout ce qui est "stérile ou polémique" devrait être retiré. D'avance merci au Webmaster.
François.
François Gerber 28.02.2010
Selon M P. Gnaegi les formations à plein temps coûtent trop cher.
Voyons un peu dans ce projet (non discuté mais déjà décidé) quels sont les gains ou économies:
Le canton dispose du bâtiment de l'ex HE-ARC
(libéré en 2011) et le Locle demande compensation;
Les filières mécaniques (poly mécanicien et
constructeur (CTR) seront regroupées: c'est la seule synergie qui aura lieu, lorsque les effectifs CTR se seront réduits !
(24 élèves/classe)
Y a-t-il des objectifs inavouables ?
Claude Nussbaum 28.02.2010
Les chefs d'entreprises sont-ils au courant du changement d'orientation de la formation en dual uniquement (à moyen terme) ?
Sont-ils conscient et vont-ils répondre à la nécessité de créer un très grand nombre de places d'apprentissage ?
Un pareil déménagement d'infrastructures techniques, combien cela va-t-il coûter ?
Le Locle est-il prêt à racheter la part communale des infrastructures techniques qu'avait financée la ville de Neuchâtel ?
Claude Nussbaum 28.02.2010
Il n'y a pas de guerre haut/bas,le problème est juste que aucune raison valable n'es donnée dans le choix de migrer et detruire le cpln vers le Locle.Ceux venant du Locle ne prenne qu'un train,alors que ceux venant du VDR/VDT/et autres régions devront faire 2-3 transport juste pour aller en cours?C'est juste de l'abus.Si le Locle a perdu les ingénieurs, tant pis,pas à nous de payer pour ca,le CPLN n'a pas à voir sa synergie perdue juste pour des politiciens incapable de trouver de vrai solutions
Stéphanie Jeanneret 28.02.2010
Selon M P. Gnaegi les formations à plein temps coûtent trop cher. Où est l'égalité ? Pour celui qui fait une formation académique, lycée, université, sa formation est presque entièrement prise en charge par la collectivité, alors qu'on reproche à celui qui fait une formation de base CFC de coûter trop cher !!!
Jean-Marc Delley 28.02.2010
Pour répondre à M. Nussbaum, Le Locle n'a pas à racheter la part investie par la Ville de Neuchâtel puisque la formation prof. est entièrement assumée par l'Etat suite au désenchevêtrement. Evitons les clichés sur le Haut et le Bas et travaillons ensemble pour le bien de tout le canton !
Eric Augsburger 28.02.2010
En réponse à une demande mentionnée dans ces témoignages, le fait que les rédacteurs de certains articles et documents parus dans le presse signent au nom "d'un groupe d'enseignants du CPLN" est uniquement dû à une demande des instances supérieures qui veulent une certaine "discrétion" dans la rédaction de ces avis et documents. Mais, le débat devenant assez passionné....les signatures des enseignants du CPLN paraîtront bientôt sur ce site ou dans la presse.
maurice  weibel 28.02.2010
A propos de chiffres, allez voir sur www.ne.ch, rubrique "statistiques". Vous pourrez alors accéder à une partie cartographiée fort bien faite et constater que le nombre d'emplois dans le domaine secondaire dans les régions qui accèdent facilement à la ville de Neuchâtel est assez semblable à celui des régions qui accèdent facilement à la ville de la Chaux-de-Fonds. A l'heure actuelle les 2 écoles techniques profitent de la synergie qui est là.
Michel Bertarionne 28.02.2010
Les rédacteurs de ce document sont mandatés par une grande majorité des enseignants de l’Ecole technique du CPLN qui ne représentent pas l’établissement.

J’aimerais bien que cette « grande majorité d’enseignants » ait le courage de signer les divers documents ou avis qu’elle a publiés.

Un peu d’entregent et de courtoisie que diable !
Bernard Maire, Le Locle
Bernard Maire 27.02.2010
Le paradoxe de cette fin de semaine réside dans la décision du CE de déplacer et de proposer une filière sport art études à Fleurier à l'antenne du LDR. Quand on sait que cette filière déjà proposée autant au LJP qu'au LDR à Neuchâtel n'a que le nom...car elle ne correspond pas du tout à une vraie filière SAE digne de ce nom!Alors,une école de métiers serait-elle plus négligeable? Et le coût de ces projets, quel en sera le prix exact? En cette période d'économie? Par qui sommes-nous gouvernés?
maurice weibel 27.02.2010
Si des chiffres faux ont volontairement été donnés, il serait bien d'en connaître le détail.
tout un plat la jeunesse aime ça 27.02.2010
Bonjour , je suis père d'un élève du CIFOM, mon fils commence à 8h15 et non 7h30 comme le mentionne un père, il prend le bus de 7h à Wavre puis le train de 7h15 à Marin. Celà juste pour relativiser, car les aménagements d'horaire du CIFOM tiennent bien en compte la logistique lié aux moyens de transports.
Père d'un élève  du CIFOM 26.02.2010

 

Vous désirez vous aussi laisser votre message...

©2012 siteweb.ch sàrl